Geoffrey Pommier, prétendant au titre de meilleur boulanger

L’Institut de recherche et d’enseignement appliqués aux métiers (Iream) d’Amiens a accueilli le concours régional du meilleur jeune boulanger vendredi 2 octobre. Cinq garçons venus de toute la Picardie ont concouru avec détermination, adresse et délicatesse pour concocter divers pains (baguettes, pains de campagne, pains aromatiques…) et viennoiseries (brioches, croissants…). Au menu également la réalisation d’un pain décoré sur le thème « Les frères Montgolfiers ».

L’Amiénois Goeffrey Pommier, de la maison Morel, a remporté le concours devant un autre Amiénois, Thibaut Anceaux (deuxième), Loïc Casinelli (Laon), Nicolas Antoine (Saint-Valery-sur-Somme) et Thomas Jacquelin (Compiègne), troisièmes ex-æquo. Geoffrey se qualifie ainsi pour le concours national qui aura lieu à Lanas (Ardèche) fin novembre. Devant un jury composé de Gilles Forret, Olivier Thomas et l’irremplaçable Roger Thomas, les cinq apprentis ont commencé le travail dès 8 heures jusqu’à 16   h 30 ! Un véritable marathon culinaire avec des figures imposées, des interdictions, etc. Au final, le jury a eu bien du mal à les départager après avoir goûté des produits aux arômes de framboise, pistache, cassis, citron, poire ou ananas. «  Ils ont tous très bien travaillé, confiait Frédéric Ruffin, chef pâtissier à l’Iream et professionnel de renom. Il y a eu quelques petites erreurs à cause du stress et de la précipitation. Parfois un mauvais dosage de levure mais globalement c’est du très bon travail. » Difficile de lui donner tort en contemplant et en savourant les produits cuisinés dont beaucoup auraient leur place dans les étals des boulangeries. Présent lui aussi, Pierre Deroubaix, président de la chambre professionnelle de boulangerie et pâtisserie de la Somme, a tenu à féliciter chaleureusement les cinq jeunes. Tout comme le directeur de l’Iream Arnaud Beurton pour qui il faut également tirer un grand coup de chapeau ou de toque aux formateurs.

B.Z.

Source : www.courrier-picard.fr – 03/10/2015

L’IREAM dans la Voix du Nord

L’Iream met pour la première fois à l’honneur ses apprentis

L’Iream (Institut de Recherche et d’Enseignements Appliqués aux Métiers), situé rue de Québec à Amiens, était un des rares centres de formation d’apprentis de la Région à ne pas mettre ses lauréats à l’honneur suite à l’obtention de leurs diplômes.

Un oubli réparé depuis, hier soir, puisque, à la cité des métiers de Boves, a eu lieu, pour la toute première fois une remise officielle de ces précieux titres qui permettent une entrée dans la vie active.

Quelque 80 diplômés étaient ainsi présents parmi les deux cents qui, en 2015, sont arrivés au bout de leur cursus d’études. « Nous accueillons en tout 720 apprentis qui préparent des diplômes qui vont du CAP au BTS sans oublier des diplômes spécifiques de la Chambre des métiers comme le BTM (Brevet Technique de Maîtrise). Ils ont le choix entre trois filières : métiers de l’automobile, métiers de l’alimentation et services rappelait Arnaud Beurton, le directeur général de l’Iream, l’an dernier, le taux de réussite aux examens a été de 84,75 % pour l’ensemble de l’établissement. La cérémonie de ce soir est une manière de mettre à l’honneur l’artisanat et l’apprentissage. »

D’autant que les formations dispensées à l’Iream peuvent permettre à certains jeunes de tutoyer l’excellence. Ainsi, la soirée mit notamment en exergue le parcours de Florence Lesage, titulaire d’un BTM pâtisserie de l’Iream. Ayant participé cet été à Sao Paulo au Brésil à la WorldSkills, compétition mondiale qui, tous les deux ans, rassemble plus de 1 000 jeunes venus de 74 pays des cinq continents qui s’affrontent dans une cinquantaine de métiers, la jeune fille a remporté la médaille d’argent dans sa spécialité. De quoi trouver sans problème un employeur !

Par THIERRY GRIOIS, La Voix du Nord

Crédit photo – IREAM

Florence Lesage, médaille d’argent aux Worldskills

Florence Lesage interrogée par le Petit Journal.

Parmi les métiers de bouche représentés aux WorldSkills de São Paulo la semaine dernière, la gourmande catégorie de la pâtisserie-confiserie. Pour représenter la France, Florence Lesage, originaire de Picardie. Lepetitjournal.com l’a rencontrée.

« Si vous saviez comme je me sens légère ! » Fin de la troisième journée de compétition pour Florence Lesage, jeune Picarde qui concourait aux WorldSkills dans la catégorie Pâtisserie-Confiserie. Selon ses parents, qui l’ont accompagnée à São Paulo, la pièce en sucre à confectionner ce jour-là était « celle qui l’inquiétait le plus car, lors du montage, il y a toujours le risque que cela casse ».

Mais tout s’est bien passé pour Florence Lesage dont la sculpture rouge et bleue suivant le thème du carnaval se dressait fièrement sur son plateau de présentation, prête à être évaluée par les juges. Et par ses parents, particulièrement fiers de l’œuvre de leur fille, avec qui elle fait une analyse de l’épreuve, à peine sortie de l’atelier. Souriante et soulagée.

Toute jeune, elle était déjà bien décidée à devenir chocolatière. Un stage coup de cœur en 3e la décidera à se tourner vers la boulangerie-pâtisserie. Florence Lesage s’oriente donc dès l’année suivante vers un Bac pro alimentation, option pâtisserie, puis un BEP alimentation, option pâtissier, confiseur, glacier, chocolatier, et finit sa formation par un Brevet technique des métiers (BTM) pâtissier confiseur, glacier, traiteur.

Les Olympiades des métiers, Florence Lesage en avait entendu parler dans la presse. Mais c’est l’un de ses professeurs lorsqu’elle a passé son BTM qui lui a proposé d’y participer. « Je m’y suis inscrite sans trop savoir où j’allais. Les régionales, je ne me suis pas trop entraînée, je suis passée. Les nationales, j’ai démissionné pour pouvoir préparer le concours pendant un mois et là, du coup, je suis très contente d’être arrivée au niveau mondial« , explique-t-elle.

Sur la route du Brésil
Après le concours national, qu’elle remporte haut la main, commence la préparation pour la WorldSkills Competition : « Peu de temps après la finale nationale, en février, on a reçu les sujets pour la finale internationale« . Durant plusieurs mois, elle prépare et affine son projet, aidée par l’un de ses anciens professeurs et par l’expert métier de WorldSkills France, qui l’oriente et la conseille.

C’est donc préparée jusqu’au bout de sa toque qu’elle arrive en compagnie de l’équipe de France à São Paulo : « Au début, je n’étais pas trop stressée, j’intériorisais beaucoup. Quand les épreuves ont commencé, j’ai tout de suite réalisé que c’était la compétition ». Si elle avoue quelques « petites erreurs et des moments d’inattention » qui lui ont fait perdre quelques points, elle ne reste pas mécontente du plateau de chocolats, de pièces en pâte d’amande et en sucre qu’elle a présentés.

Une médaille d’argent au bout
Il a toutefois fallu s’adapter aux spécificités des produits brésiliens qui ont parfois pu dérouter. « Ici, la crème est plus grasse et les coulis de fruits sont plus liquides. Donc cela change beaucoup de choses, il faut s’adapter. C’est important aussi la force d’adaptation, cela fait partie de la compétition« , conclut-elle avec philosophie.

Le lendemain l’attendait ultime épreuve, celle des mignardises et des entremets. Qui ont semblé tout aussi bien se dérouler puisque dimanche, à l’issue de la cérémonie de clôture de ces WorldSkills 2015, Florence Lesage a reçu la médaille d’argent. Une belle expérience de compétition qu’elle se verrait bien revivre dans quelques années, cette fois-ci du côté des formateurs encadrant les jeunes professionnels.

Source : Amélie PERRAUD-BOULARD (www.lepetitjournal.com – Brésil) mardi 18 août 2015