Le DIMA (Dispositif d’Initiation aux Métiers en Alternance) permet aux élèves qui ont terminé leur cycle au collège ou, à défaut, à ceux qui ont moins de 15 ans à la prochaine rentrée scolaire, de s’initier aux métiers, dans la perspective d’une entrée en apprentissage. Les modalités du Dispositif d’Initiation aux Métiers en Alternance sont fixées par la convention d’éducation professionnelle signée entre le CFA et l’entreprise d’accueil. Ce document est le garant de la couverture du risque d’accident de travail.
En matière de préformation de l’élève, l’entreprise est le prolongement de l’école, le lieu de stage pratique. Le maître de stage s’engage à faire effectuer des opérations techniques et à prévenir les parents ou le CFA en cas d’absence ou de problème.
La coordination entreprise / CFA conditionne pour partie l’attitude et les motivations de l’élève et s’effectue notamment à l’aide du carnet de liaison, dont le maître de stage doit exiger la présentation à chaque stage.
Concernant le statut de l’élève, ce dernier est toujours considéré comme étant sous le régime scolaire. Il bénéficie donc des vacances scolaires. De même, la couverture du risque maladie est à assurer par les parents.
Pour l’entreprise, aucun salaire n’est à verser. Toutefois, un pécule peut éventuellement être constitué. Celui-ci n’est soumis à aucune charge fiscale ou parafiscale. La famille peut ainsi continuer à recevoir les prestations familiales et conserver le bénéfice des bourses nationales.
Enfin, la convention d’éducation professionnelle peut être rompue, par l’entreprise d’accueil, par le CFA si l’entreprise (ou le jeune) ne respecte pas les termes de la convention, par l’élève s’il n’est pas assidu ou s’il est inapte à la pré-formation.

Pour entrer en DIMA :
Comme pour l’entrée en apprentissage, les candidats doivent effectuer une démarche personnelle de recherche d’entreprise d’accueil. Dans le même temps, les jeunes doivent contacter à l’IREAM la responsable de cette section, Mme VERNET-VECCHUITTI, qui les recevra lors d’un entretien.

Une convention sera ensuite signée entre entreprise, jeune et CFA.